Bianca

Biographie Bianca

"Savais-tu qu’on parle ici plus de 104 langues ?", me demanda le vieil homme au sourire chaleureux. Non, je l’ignorais. A ce moment-là, du moins. Mais j’avais toujours été attirée par la métropole et par le milieu créatif bouillonnant de Bruxelles ainsi que son brassage de cultures.

Après mes études de traduction-interprétariat,  j’ai eu un réel coup de foudre lorsque j’ai commencé à vivre ici, à sortir et me faire des amis. J’avais pourtant grandi à Middelburg, un petit village de moins de 600 âmes dans les environs de Maldegem, où il n’y a même pas de boulangerie ! A Bruxelles, c’est impensable. Je garde de bons souvenirs de ma jeunesse à Middelburg. Et pourtant, je suis quand même partie m’installer à Bruxelles. Pour tous les aspects positifs d’une grande ville : ses gens chaleureux issus des quatre coins du globe, son patrimoine fabuleux, ses superbes parcs, ses activités culturelles et ses expos passionnantes. Mais je suis aussi partie pour une autre raison. J’ai vu à Bruxelles un certain nombre de choses qui méritaient d’être améliorées. Grandement améliorées.

Deux options se sont alors offertes à moi : soit je me mettais sur le côté et me perdais dans les lamentations, soit j’allais apporter mon aide où je pouvais. Mes parents m’ont inculqué ce sens de l’engagement social dès le berceau. Lorsqu’une activité était organisée à Maldegem et dans les environs, ils voulaient toujours mettre la main à la pâte. La force des gens réunis : elle fonctionne autant dans les villages que dans les grandes villes. Et lorsque ce même vieil homme m’a demandé de venir travailler à son cabinet, j’ai été particulièrement fière de pouvoir apporter ma pierre à l’édifice. Jos Chabert m’a appris énormément sur Bruxelles, ses communautés, mais également sa structure, sa politique, ses ordonnances et ses côtés techniques.

Bruxelles est une ville peuplée de nombreuses minorités. Mais, dans le même temps aussi, une ville accueillant plus de 104 communautés parlant chacune leur langue qui se doit d’avoir un tissu social fort. Et pour ce faire, nous devons régulièrement nous regarder droit dans les yeux. J’avais très envie de m’investir en faveur de ce tissu et de promouvoir le vivre-ensemble entre les cultures et les communautés en veillant à ne pas monter celles-ci les unes contre les autres.

Par la suite, tout s’est enchaîné très vite. En 2006, j’ai été élue comme conseillère communale à Ixelles. En 2009, je suis devenue députée au Parlement bruxellois et en 2012, je me suis présentée aux élections communales à Bruxelles-Ville où j’ai été élue sur la liste du CDH en tant que seule CD&V. En 2014, j’ai écrit le livre « Tien geboden voor Brussel ». Peu de temps après, j’ai pu participer à la rédaction d’un nouveau chapitre de l’histoire bruxelloise. J’ai à nouveau été élue et ai eu l’honneur de devenir Secrétaire d’Etat au sein du nouveau gouvernement bruxellois.

Aujourd’hui, je suis en charge de la Sécurité Routière, l’Informatique et la Transition Numérique, l’Egalité des Chances, le Bien-Etre animal et la Coopération au Développement. Au sein de la Commission Communautaire flamande (VGC), je suis responsable de la Santé, du Bien-Etre, de la Famille et de l’Egalité des Chances. Vous pouvez en découvrir davantage sur mes projets dans ces domaines de compétence en cliquant sur les liens ci-dessus. Mais je suis également curieuse de connaître votre avis ou vos suggestions en la matière, n’hésitez surtout pas à m’en faire part en cliquant ici.

Bianca